• Quand je repense à mes années à Palerme et à l’expérience chez CSF, je pense à une phrase de Paolo Borsellino, magistrat italien et victime de la mafia : « Palermo ne me plaisait pas, c’est pour ça que j’ai appris à l’aimer. Parce que le vrai amour consiste en aimer ce qui ne nous plait pas pour pouvoir le changer ». Pour certains, CSF est un groupe d’amis, pour d’autres, une vraie et propre famille, et pour nous tous elle représente la possibilité de choisir et l’espoir dans le changement d’une terre tourmentée et merveilleuse comme la Sicile.

    Flavia Arato
    Flavia Arato
  • J’ai intégré CSF en 2011. La volonté de se mettre en jeu a été le ciment pour une collaboration et une amitié Sans Frontières… J’ai quitté la famille de CSF en 2016, mais je porte toujours avec moi les souvenirs d’avoir rencontré des centaines de jeunes de toute l’Europe et du monde entier, d’avoir connu le fantastique monde de l’éducation non-formelle et d’avoir acquis des compétences et des connaissances que j’aurai difficilement pu trouver dans d’autres domaines de travail. CSF existe our cette raison, et elle continue sur la même voie. J’espère que toujours plus de jeunes pourront rêver comme nous l’avons fait.

    Francesco Di Liberto
    Francesco Di Liberto
  • CSF est pour moi motivation, enthousiasme, implication sociale, pratique et perspective internationale. Dès le début, je me suis sentie accueillie et engagée à affronter tout le spectre de l’inclusion sociale, toujours avec créativité, collaboration et en famille.

    MAR
    MAR